Photo de la rubrique

Accueil > Actualités

Vaison Danses 2019 : rien que du nouveau !

Samedi 13 juillet 22:00 Mercredi 17 juillet 22:00 Mercredi 24 juillet 22:00 Samedi 20 juillet 22:00 Samedi 27 juillet 22:00



Après le succès de l’édition 2018, Vaison Danses reste sur sa lancée en proposant à son public connaisseur et exigeant, des compagnies qui ne se sont encore jamais produites au théâtre antique et des spectacles de haute volée sur le plan chorégraphique.
Car Vaison Danses 2019 est bien l’édition des chorégraphes : Marius Petipa, Eric Vu-An, Jean-Claude Gallotta, Alexander Ekman, Sidi Larbi Cherkoui, Akram Khan, Emanuel Gat et enfin Mourad Merzouki. « À travers tous ces noms prestigieux, du XIXè au XXIè, de Marius Petipa à Mourad Merzouki, ce sont trois siècles de danse qui s’invitent à Vaison-la-Romaine », se réjouit le directeur artistique du festival Pierre-François Heuclin, qui signe sa deuxième programmation pour Vaison Danses, dont voici le détail (en attendant le programme complet, Talents du territoire et off compris) :

13 juillet : "Don Quichotte" par le Ballet Nice Méditerranée

Ce ballet grand format passe à une vitesse déconcertante tant il est enjoué et captivant. Éric Vu-An nous livre ici une chorégraphie qui rend hommage à la grande tradition classique et met en lumière le talent de ses interprètes.
Du talent, il en faut pour venir à bout de ce monument du répertoire ! Éric Vu-An le sait bien, lui qui fut engagé à 19 ans par Noureev pour jouer en 1983 le rôle de Basilio dans « Don Quichotte ». À bien regarder le parcours de l’actuel directeur artistique du Ballet Nice Méditerranée, on comprend son attachement pour le chevalier errant de Miguel de Cervantes.
Lui aussi a choisi, à un moment de sa vie, de parcourir le vaste monde, renonçant à une carrière trop sédentaire, pour participer à de prestigieux galas, fouler les planches de théâtres mythiques et partager ses rêves avec les grands artistes du monde de la danse.
Sa version de « Don Quichotte » est faite elle aussi de passions et de rebondissements. Elle mêle étroitement le destin du fameux pourfendeur de moulins à vent à ceux de la charmante Kitri et du jeune Basile dont elle est amoureuse. Malheureusement, son père voulant la marier à un noble plus fortuné propulse nos deux amants dans une histoire riche en aventures et en quiproquos.
La pantomime est délicieuse et la pièce décline tout ce que la danse académique a de plus brillant.
À propos de cette pièce, Eric Vu-An explique : « On évolue ici dans une forme de merveilleux. Où la vérité des personnages dansés est néanmoins primordiale et j’essaie de transmettre cette recherche d’intensité aux danseurs, au-delà de la performance technique pure. »

17 juillet : "My Ladies Rock" par la Cie Jean-Claude Gallotta

Ainsi, l’histoire du rock serait affaire de mâles. Des concerts boostés à la testostérone, des musiques qui rentrent mal dans des pantalons trop étroits, des destins de héros météoriques. Les femmes n’y seraient que des égéries aux yeux énamourés, des icônes secrètes, ou des muses manipulatrices.
Il est vrai que pour faire sauter le verrou de la porte du rock (et empêcher qu’on la referme), les pionnières ont dû oser, et fracasser l’image dans laquelle on voulait les confiner. Toutes n’y sont pas parvenues, le « man power » en a découragé quelquesunes qui ont dû prendre trop tôt d’autres routes artistiques plus autorisées parl’establishment musical. Et reconnaissons que de Janis Joplin à Patti Smith, de Nico à Nina Hagen, elles n’y sont pas allées avec le dos de la guitare.
Elles et les autres se sont enfin donné le droit « d’être des hommes comme les autres », le droit d’être ce qu’elles étaient, jusque dans leurs excès et leur génie musical, jusqu’aux jeux transgenres et jusqu’à la transe. C’est à la faveur de son « My Rock »(créé en 2005) autour d’Elvis Presley, des Rolling Stones, de Bob Dylan... que Jean-Claude Gallotta a rencontré ces défricheuses du rock, ces combattantes, quelquefois ces guerrières.

20 juillet : 4 pièces d’A. Ekman, S. L. Cherkaoui, A. Khan et L. Nogal par IT Dansa

IT Dansa est une jeune compagnie de danse qui s’inscrit dans le cursus d’études post universitaire de l’Institut del Teatre de Barcelone. Elle est composée de 16 jeunes et talentueux danseurs internationaux, sélectionnés sur audition et qui bénéficient d’une bourse de deux ans pour perfectionner leur technique dans une démarche professionnalisante. Durant ces deux années ils vont être amenés à travailler avec les plus grands professeurs et chorégraphes. Ils se produiront également dans un large réseau de théâtres et festivals.
Cette formation est un formidable et unique tremplin, plus de 80% de ces jeunes danseurs intègrent une compagnie professionnelle immédiatement après leur sortie d’IT Dansa. À ce jour, la compagnie a produit plus d’une trentaine de chorégraphies, permettant à ces danseurs de travailler avec des chorégraphes renommés ainsi qu’avec de nombreux talents émergents. Le répertoire de la compagnie est ainsi composé de pièces des plus grands chorégraphes tels que Jirí Kylián, Ohad Naharin, Nacho Duato, Rui Horta, Alexander Ekman, Ramon Oller... Après une carrière de danseuse au Nederland Dans Theater puis avec Nacho Duato - dont elle a été l’égérie durant de nombreuses années, Catherine Allard dirige la compagnie depuis sa création en 1997.

24 juillet : "SACRE", "WORKS" (extraits) et une création mondiale, par Emanuel Gat Dance

"SACRE" est une version revisitée de la pièce créée en 2004 par Emanuel Gat sur la musique éponyme de Stravinsky. Pièce pour trois femmes et deux hommes, SACRE déconstruit les mécanismes de la salsa Cubaine et les réassemble pour créer une partition chorégraphique complexe, à la dramaturgie puissante. Lecture libre et exigeante du chef d’œuvre de Stravinsky, SACRE ne propose pas de notions de sacrifice mais plutôt une multitude d’options d’actions. "WORKS" est un programme qui célèbre les danseurs. Leur singularité, virtuosité, engagement, courage, responsabilité et humanité. Un groupe de 10 danseurs partage la scène dans une variété de constellations, formats, environnements sonores et directions chorégraphiques. La notion de la redistribution des responsabilités et ressources artistiques est au coeur de ce programme.
"WORKS" constitue, à bien des égards, une réaction à cette époque en changement et à l’évolution constante de la façon dont la danse est produite. Il s’agit d’une tentative d’explorer de nouveaux modèles de production artistique et de se pencher sur des modèles d’inclusion et de soutien plutôt que sur ceux de compétitivité et de rivalité.

27 juillet : "Boxe Boxe Brasil" par la Cie Käfig-Mourad Merzouki

En 2010, Mourad Merzouki invitait le Quatuor Debussy à partager la scène avec ses danseurs hip-hop. 130 000 spectateurs plus tard, il réinvente "Boxe Boxe" dans une version inédite aux couleurs du Brésil. Le chorégraphe a remis les gants pour repenser l’écriture de cette pièce en associant les interprètes cariocas qu’il a révélés dans Agwa. "Boxe Boxe Brasil" est un projet emblématique de la signature Käfig, par le croisement des univers artistiques et son ouverture sur le monde.
« J’ai rencontré ces jeunes interprètes brésiliens lors de la Biennale de la Danse de Lyon en 2006, explique Mourad Merzouki. Leur manière de s’exprimer m’avait à la fois marquée et séduite. Danser est leur façon d’exister, de sortir des difficultés du quotidien. Leur parcours m’avait touché car j’y retrouvais l’écho de mon propre cheminement, lorsqu’adolescent j’ai pris conscience que la danse était la clé pour trouver ma place dans la société. L’envie de créer pour eux s’est vite imposée. De là est né Agwa en 2008. Depuis, une aventure artistique et humaine s’écrit : tant d’années à parcourir le monde et à partager la danse avec une énergie inconditionnelle. Je souhaite aujourd’hui lancer un nouveau défi, les emmener plus loin dans leur exploration du mouvement et du métissage des genres."

Les tarifs des spectacles au théâtre antique (ouverture de la billetterie le 8 avril)

Le dossier de presse à télécharger - (PDF - 6 Mo)
haut page