Histoire et patrimoine > musée archéologique Théo Desplans > Suivez le guide !

La ville gallo-romaine et les monuments publics

Le dégagement de 15 hectares de vestiges depuis le début du siècle et les observations réalisées au cours des travaux d’urbanisme, ont apporté de précieuses informations sur la ville antique. A son apogée, elle couvrait 60 à 75 hectares. Le cœur de ville s’étendait sur la rive droite de l’Ouvèze, qui était endiguée dans sa traversée urbaine. Une maquette rappelle les techniques de construction de la digue. Des pieux en chêne, sur lesquels reposait la fondation en pierre, sont exposés. L’essentiel de la ville antique demeure enfoui sous l’agglomération actuelle, seuls quelques monuments publics et des quartiers résidentiels, commerciaux et artisanaux ont pu être fouillés. Les tuyaux de plomb, caissons à répartition d’eau ou chauffe-eau conservés dans le musée rappellent au visiteur l’importance sociale de l’eau dans les villes romaines. Richement décorés, thermes, balnéaires, aqueducs, théâtres sont autant de monuments publics contribuant au prestige des villes de l’époque. C’est pourquoi, le musée offre une large place aux statues impériales qui ornaient autrefois le mur de scène du théâtre.

Photo des statues avec légendes :
 Claude (empereur de 41 à 54) est représenté dans l’attitude de l’orateur, la tête ceinte d’une couronne de feuilles de chêne.
 Domitien (empereur de 81 à 96) est représenté avec une armure cuirassée.
 Hadrien (empereur de 117 à 138), accompagné de son épouse Sabine en matrone de l’aristocratie romaine, est nu (à l’exception du manteau couvrant son épaule), à la manière hellénistique.